Communiqué conjoint du 23 mars [fr]

Lire le communiqué de M. Jean-Yves le Drian, Ministre de l’Europe et des affaires étrangères et de M. Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports.

Paris, le 23 mars 2020,

Dans le contexte de gravité inédite de la crise du coronavirus, la France a pris depuis le 17 mars, à la demande du Président de la République, des mesures très fortes poursuivant un seul et même objectif : réduire par tous les moyens et de façon drastique les contacts et les déplacements, car cette mesure est la meilleure pour empêcher le plus possible la propagation du virus. Par souci de cohérence et d’efficacité, cette mesure, nous la mettons en œuvre à l’échelle nationale mais aussi en Europe et au plan international.

Nous avons demandé aux Français qui ont leur résidence habituelle en dehors de l’espace européen, d’éviter les déplacements internationaux et de rester chez eux. Cette recommandation reste aujourd’hui valable et nécessaire.

A l’inverse, nous avons demandé aux Français actuellement en déplacement temporaire à l’étranger de rentrer rapidement en France, tant que des liaisons aériennes sont en place.

A cette fin, nous avons mis en place plusieurs mesures d’accompagnement afin d’aider et de faciliter les démarches de nos compatriotes. Ainsi, à notre initiative, un dispositif exceptionnel, mis en place par le Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des affaires étrangères en lien avec les services compétents du secrétariat d’Etat chargé des transports et les autorités des pays concernés, a permis d’engager une coopération opérationnelle avec le groupe Air France, et ses compagnies Air France et Transavia, dont nous saluons l’engagement et la coopération, et d’autres compagnies aériennes françaises et étrangères. Cette coopération permet d’abord de recenser, pays par pays, les besoins de nos compatriotes, puis de mettre en œuvre un plan de transport adapté en fonction des priorités et des urgences locales.

Ce plan de transport est aujourd’hui pleinement opérationnel et porte ses fruits. Il a permis ces derniers jours le retour vers la France de plus de 60.000 de nos compatriotes.

Ainsi, au Maroc, plus de 140 vols organisés dans la semaine écoulée ont permis le retour de plus de 20.000 Français vers la France. En Tunisie et en Algérie, ce sont plus de 10.000 de nos compatriotes qui ont pu rentrer sur le territoire national. Des vols commerciaux spéciaux ont aussi pu être organisés au Portugal et en Espagne ces derniers jours et ont permis le retour de plusieurs centaines de personnes.

Des dispositifs similaires, sur la base de liaisons commerciales normales ou spéciales, sont mis en place dans plusieurs dizaines de pays où nos compatriotes se trouvent en séjour temporaire, en Amérique Latine, en Asie, au Moyen-Orient, ou bien encore en Afrique. Ainsi, encore hier soir ce sont près de 300 compatriotes que nous avons pu ramener du Pérou. Demain, nous devrions pouvoir faire rentrer plus de 400 Français des Philippines. Des solutions sont également mises en œuvre en Inde, ou encore en République dominicaine où se trouvent de nombreux compatriotes. Et ces dispositifs valent aussi bien sûr dans tous les pays où se trouvent des Français.

Les situations sont souvent très compliquées et requièrent une forte mobilisation, y compris au plan politique. Nous nous entretenons ainsi avec nos homologues des pays concernés et continuerons à le faire à chaque fois que cela sera nécessaire. Nous veillons aussi à ce que les tarifs des billets d’avions soient régulés en demandant, dans le contexte exceptionnel que nous vivons, aux compagnies aériennes de faire un effort, ce qu’elles sont nombreuses à accepter.

Beaucoup reste encore à accomplir. Nous connaissons la situation difficile, parfois même angoissante, dans laquelle demeurent encore des milliers de ressortissants français en attente d’une solution de retour vers le territoire national. C’est pourquoi notre mobilisation est et restera entière, ainsi que celle des ambassades, des consulats généraux français dans l’ensemble de notre réseau diplomatique et des agences locales d’Air France, pour résoudre ces problèmes en lien avec les autorités locales et pour proposer des solutions de retour à l’ensemble des voyageurs français encore à l’étranger.

Dernière modification : 25/03/2020

Haut de page