La frégate Prairial au Pérou [es]

La frégate de surveillance de la marine nationale Prairial a fait une escale dans le port du Callao du 26 févier au 2 mars 2019.

Le Prairial (805.3 Ko, PNG)
"Prairial"
"Prairial"
"Prairial"

A la découverte du Prairial...

Construite à Saint-Nazaire aux chantiers de l’Atlantique en 1991 et admise au service actif le 20 mai 1992, la frégate de surveillance Prairial est basée à Papeete, en Polynésie française, depuis le 20 novembre de la même année.
Le Prairial est une frégate de type "Floréal", dont la principale mission consiste à surveiller les zones maritimes lointaines. En temps de paix, il s’agit de missions de surveillance des pêches, de police de la navigation, d’assistance en mer, de protection du trafic commercial et de collecte de renseignements. Par ailleurs, les frégates de surveillance effectuent des missions de représentation dans des pays éloignés de la métropole. Dans ce cadre, elles peuvent participer à des opérations humanitaires (évacuation de ressortissants ou de réfugiés, mise à terre d’éléments d’intervention, soutien et protection d’une opération amphibie).
En 1999, le Prairial a ainsi été intégré au dispositif naval de l’opération Santal au Timor- Oriental.

Le Prairial dispose d’un hélicoptère de type Alouette III permettant d’étendre
considérablement son rayon d’action. Le bâtiment est équipé de systèmes d’armes et de moyens d’autodéfense capables de détruire des éléments navals et aériens et de s’opposer à certaines menaces conventionnelles.

La frégate Prairial est commandée par le Capitaine de Frégate Sylvain Faya.

Le Prairial en mission de police des pêches aux Marquises

La frégate de surveillance, basée à Papeete (Tahiti) appareille pour des missions de police en haute mer et des missions de contrôle des pêches. Ces missions permettent au Prairial de participer activement à la surveillance de la plus vaste zone économique exclusive (ZEE) française.

Située dans la « tuna belt » du Pacifique Sud, la ZEE entourant les îles Marquises, au nord de la Polynésie française, est très prisée par les flottilles de pêche asiatiques. Pour préserver les ressources halieutiques du territoire d’outre-mer, la pêche est réglementée et la Marine y déploie régulièrement des bâtiments et des aéronefs pour effectuer des contrôles sur zone.
Le Prairial a ainsi déployé une équipe spécialisée pour mener les visites nécessaires sur des groupes de navires chinois et coréens pêchant à la frontière de la ZEE française. Effectuées directement à bord des navires étrangers, ces visites complètent les interrogations radio effectuées en amont depuis la passerelle. L’embarquement d’un traducteur franco-mandarin issu du Régiment d’infanterie de marine du Pacifique a facilité la conduite des opérations.

Le Prairial a ensuite effectué une courte relâche au mouillage dans l’île d’Hiva Oa où il a pu faire valoir la présence et l’action de la Marine dans ce territoire excentré. Les marins ont eu de nombreux échanges avec les habitants, et les vols de reconnaissance effectués par l’Alouette III ont permis d’accroître la connaissance de certaines îles inhabitées du groupe Sud des Marquises.

L’équipe de visite, lourdement armée, agit comme un gendarme de la pêche. Elle contrôle les papiers des bateaux de pêche, mais surtout leurs cargaisons. Une fois à bord, les militaires s’assurent de la coopération de l’équipage pendant qu’un officier spécialement formé et assermenté conduit l’inspection.

Les canons de 20 millimètres sont mis en service pendant les visites, avant tout pour leur effet dissuasif. L’hélicoptère Alouette III part en reconnaissance jusqu’à 40 miles nautique du Prairial, étendant considérablement la zone surveillée.

La patrouille retour a été l’occasion de poursuivre le cycle d’entraînements individuels du bâtiment et de son équipage. Un exercice de maîtrise des capacités opérationnelles a permis de tester la combativité des marins, luttant simultanément contre des sinistres à bord et contre un adversaire fictif à proximité. Exercices incendie, tirs au canon de 100 mm, évacuation d’urgence et navigation aux étoiles ont ponctué le rythme journalier.

Dernière modification : 07/03/2019

Haut de page